Il y a quelques semaines, nous avons mis en ligne un billet sur les mises à jour de WordPress, soulignant au passage la nouvelle version 5 du célèbre système de gestion de contenu. Ceci dit, il existe sur le marché plusieurs autres outils que vous utilisez peut-être pour votre positionnement numérique (Magento, Joomla!, Prestashop, etc.). Tous ces systèmes ont la particularité d’être – du moins en partie – offerts gratuitement en version de code source ouvert.

Cela veut aussi dire que si vous n’avez pas de plan de contingence avec votre agence ou hébergeur Web, il est de votre responsabilité de maintenir ces systèmes à jour. Voici quelques conseils de gestion numérique que nous appliquons chaque jour pour nos sites Web et ceux de nos clients.

1. Tenez-vous loin des extrêmes

Il faut être prudent et ne pas être trop rapide sur les mises à jour. Il faut préalablement connaître et comprendre les différents impacts que la mise à jour aura sur votre site Web. Ceci est particulièrement vrai si ce dernier comporte des dizaines d’extensions !

Toutefois, les problèmes importants liés à des mises à jour majeures sont découverts en quelques jours. Les mises à jour sont lancées pour améliorer la performance de votre site et corriger les failles de sécurité. Par conséquent, trop tarder à faire la mise à jour pourrait se traduire par une perte de performance et une vulnérabilité de votre site.

2. Sauvegarde, sauvegarde, sauvegarde

Prévoir l’imprévu ! Nos programmeurs font toujours une copie du CMS et des extensions avant la mise à niveau. C’est d’ailleurs une bonne chose à faire quotidiennement pour les sites de e-commerce ou ceux qui ont beaucoup d’échanges avec leurs clientèles cibles. Certains clients optent aussi pour des sauvegardes automatisées tous les jours ou même quelques fois par jour. Un site vitrine avec peu de changements par mois ne requiert pas autant de sauvegardes. Pour les sites statiques ou qui bougent peu tels que les blogues, une sauvegarde hebdomadaire est un bon compromis pour le prix.

3. Tester dans l’ombre avant la mise en ligne

Si vous avez un site dynamique tel qu’un site de e-commerce, il peut devenir problématique de restaurer une ancienne version, par exemple une transaction pourrait avoir eu lieu depuis la dernière sauvegarde. Dans un tel cas, il vaut mieux créer une copie du site à l’extérieur c’est-à-dire un site en sous-domaine caché (dev.monsite.com) afin d’y faire ses tests.

Pour aller plus loin dans ce concept, on peut avoir une version « staging » du site, qui permet de tester les modifications de différentes façons et de les mettre en ligne tout en conservant des versions différentes de la base de données pour ne perdre aucune information.

Ce type de suivi est plus coûteux et demande une expertise de pointe. Toutefois, cela vous assure que vous n’aurez aucune perte d’information et que votre site sera en tout temps disponible pour vos clients.

Soyez prêt !

  1. Planifiez vos mises à jour. C’est en même temps l’occasion de valider si votre site répond toujours à vos objectifs d’affaires et de conversions.
  2. Gérez vos risques en faisant des copies de sauvegarde régulièrement.
  3. Testez les changements en toute sécurité sans donner une mauvaise impression à vos visiteurs.